LA SAINTE FAMILLE

En famille, en peuple, en église Seigneur nous arrivons de tous les horizons

 En famille, en peuple, en église Seigneur nous arrivons pour célébrer ton nom …/ …

 Aujourd’hui, 1er Dimanche après la fête de la Nativité de notre Seigneur Jésus-Christ, l’Église nous invite à commémorer la Sainte Famille : « Jésus – Marie – Joseph ».

 Bien évidemment, à travers la Sainte Famille, modèle que Dieu nous a laissé, ce sont toutes les Familles de la terre qui sont en fête et qui reconnaissent la grâce de pratiquer, comme la Sainte Famille, les vertus familiales. Dans une certaine mesure et bien que la conception de l’Enfant Jésus soit de l’action de l’Esprit Saint, on peut dire que la Sainte Famille est aussi une famille comme les nôtres, du fait que Jésus, outre sa puissance divine, ait voulu, aussi, endosser la condition humaine.

La famille est donc une institution divine dans le but d’accomplir les desseins de Dieu sur la terre. Dès l’origine, la famille est une initiative, une volonté de Dieu, un don de Dieu.

Pour soutenir notre conviction, ouvrons ensemble BIBLE EN NOUS cf. les versets ci-après :

* « Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme.    Dieu les bénit, et Dieu leur dit : soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et assujettissez-la … » – (Genèse 1,27-28)

* « Écoute mon fils, les leçons de ton père, ne néglige pas l’enseignement de ta mère » – (Proverbes 1,8)

« C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère pour vivre avec sa femme. Et les deux deviendront comme une seule personne » – (Genèse 2.24)

* « Vous les enfants, obéissez en toute chose à vos parents, cela est beau dans le Seigneur. Et vous les parents, n’exaspérez pas vos enfants, vous risqueriez de les décourager » – Colossiens 3,20-21

En consultant inopinément un des moteurs de recherche du monde, quant au rôle de la famille, je suis agréablement surpris de retrouver, en substance, la volonté du Seigneur (est-ce à dire que la volonté de Dieu ait été dupliquée, il n’y a qu’un pas). Il y est écrit que la famille a 3 fonctions : fonction de procréation – fonction affective et de protection – fonction de socialisation. Prenons par exemple, la fonction de procréation : n’est-ce pas ce que Dieu nous commande ci-dessus – Gn 1,27-28.

Et notre Archevêque David a été bien inspiré de bâtir son projet de refondation de notre Diocèse, au moyen, entre autres, de la Catéchèse Familiale.

En effet, qui mieux qu’une mère et/ou un père peuvent mieux présenter à leurs enfants Celui qu’ils aiment de tout leur cœur : Dieu, et à partir de Dieu, Jésus, l’Esprit Saint et Marie.

La connaissance de Dieu se perpétue donc à travers la famille.

La famille c’est la base, le socle, le fondement, le ciment de toute vie en société ; une famille c’est quasiment un petit état, une petite entreprise en miniature. De même qu’un chrétien isolé est un chrétien en danger, il en est de même pour la famille. Par conséquent, familles chrétiennes, si vous n’êtes pas encore adhérentes, rejoignez les rangs de la Pastorale de la Famille de votre Paroisse respective. Rappelons-nous que la Pastorale Familiale du François est animée par une équipe dynamique et dévouée, sous la responsabilité de Maxime et Danielle. Permets Seigneur, avec le soutien de la Sainte Famille, que nos cœurs s’ouvrent à ta grâce et découvrent que Tu es Amour.

Les photos

 

Un Paroissien 97240

LES SAINTS INNOCENTS

En ce Jour où les Enfants sont particulièrement honorés, je ne peux m’empêcher de poser cette question qui, à tort ou à raison, me turlupine depuis des années : 28 Décembre : Jour de fête ou Jour de recueillement, de mémoire ?

 C’est vrai, on est encore dans l’esprit de Noël et le cœur est toujours à la joie, à la fête, à la paix.

Pour autant, il faut bien affronter les réalités plus ou moins acerbes, dures, voire violentes du quotidien.

Il me semble que cette question, que peut-être moi-même je m’impose, je m’inflige, a du sens. Eh oui, dès que j’ai commencé à feuilleter Le Livre de Vie et annexes, il n’y a pas si longtemps, je suis entré dans une interrogation strictement intérieure ou personnelle, au sujet de cet épisode extrêmement douloureux, triste, insoutenable et chaotique pour les enfants de l’époque et leurs familles respectives.

L’évangile du jour nous rapporte : UN CRI S’ÉLÈVE DANS RAMA, PLEURS ET LONGUE PLAINTE : C’EST RACHEL QUI PLEURE SES ENFANTS ET NE VEUT PAS ETRE CONSOLÉE, CAR ILS NE SONT PLUS.

Cette phrase, à mon avis, ne présente aucune difficulté de compréhension : c’est tout simplement triste. J’observe, avec plaisir, qu’en ce qui concerne cette commémoration du 28 Décembre « Saints Innocents », nombre de Paroisses avancent vers l’esprit de recueillement, pour ainsi dire. Et je ne puis que m’en féliciter ; l’église, de plus en plus, procède à une bénédiction solennelle de chaque enfant particulièrement le 28 Décembre.

Si, de prime abord, on peut aisément arriver à la conviction du recueillement, en poussant un peu plus loin la réflexion, on peut s’apercevoir que, de cette douloureuse, a jailli la vie.

Eh oui, de cet odieux massacre, une vie a été sauvegardée, épargnée, celle de Notre Sauveur Jésus-Christ.

Dans le silence de notre cœur, à chacun de répondre si le 28 Décembre doit-être Jour de fête ou Jour de recueillement.

Par contre, force est d’admettre qu’un même mot, qu’une même phrase, qu’une même situation, qu’un même récit biblique peut-être différemment interprété.

A toutes fins utiles, réaffirmons humblement : La Parole de Dieu n’est pas à discuter, La Parole de Dieu s’accueille.

D’ailleurs dans BIBLE EN NOUS – Mt 11,25-26 : « … ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits … ».

Autrement dit, l’Evangile ne se comprend pas, par notre grande intelligence humaine, mais dans l’humilité, dans la simplicité, dans l’abandon à la toute-puissance de Dieu qui nous permet de discerner et de comprendre ce que Dieu veut nous révéler, au moment favorable.

La mémoire des Saint Innocents vient nous rappeler inexorablement :

  • les chrétiens persécutés, massacrés à travers le monde, à cause de leur foi
  • les trop nombreux drames de l’immigration, dans les opulences eaux européennes : des peuples déplacés, de gré ou de force, périssent, dans des embarcations de fortune, sous nos yeux, dans la plus grande indifférence.

En évoquant le mot « immigration » il me vient à l’esprit que la Sainte Famille : Jésus-Marie-Joseph ont été des migrants.

Et si l’immigré qui périt sous nos yeux, aux portes de nos pays si riches, c’était Jésus qui venait à nous, qu’on n’a pas accueilli !!!  

Mon frère, ma sœur, pour que Jésus, à son retour, n’ait pas à nous faire ce reproche : BIBLE EN NOUS – Mt 25,31-46 : « …  j’avais faim, j’avais soif … j’étais un étranger … tu ne m’as pas donné à manger, à boire, ni accueilli … ».

Avant qu’il ne soit trop tard, changeons nos cœurs de pierre, en cœur d’amour.  

Puisse la mémoire des Saint Innocents nous inviter à œuvrer, qui que nous soyons, pour un monde de justice, de paix, de partage, d’accueil et de respect de l’être humain, enfant ou adulte, si précieux aux yeux du Seigneur.

De bon cœur, accueillons l’Enfant-Jésus, à travers chaque enfant, spécialement un enfant immigré.

Un Paroissien 97240

Partage Inter Générationnel au Gliricidias.

Partage Inter Générationnel au Gliricidias.

Samedi dernier, le 21 décembre 2019 à la maison de retraite les Gliricidias, il a eu un moment de partage entre les Résidants du Foyer de retraite, les enfants du catéchuménat junior et la chorale  » Le Chœur des Petits Franciscains », sans oublier le concours du père Jacek, le curé de la paroisse.
Les festivités, commencent avec une scénette sur la naissance de Jésus, poursuivit par des chants joyeux, puis une collation offert par le catéchuménat junior, la chorale et le foyer.
La scénette a repris un extrait du texte de L’évangile Luc au chapitre 2 verset 1 à 20.
Ensuite la chorale a entonné des cantiques repris en chœur par les habitants du foyer.
3 chants de Noël, dont deux avaient été interprétés lors du concert du 13 décembre. Il faut dire aussi que le peuple de Dieu à d’entonner des cantiques et pour finir un temps de louange.
A voir l’expression de leur visage, on peut dire qu’ils ont été émerveillés par les chants du Chœur des Petits Franciscains.

La séance c’est terminé par un partage où le foyer a offert des mignardises de Noël, le catéchuménat junior et la chorale, la boisson, puis une remise de paquet de confiserie a été distribué par la responsable du catéchuménat junior, à chaque participant (enfants, résidents, musicien, personnel encadrant des jeunes et des aînés).

Mme COTREBIL Marie-Rose, responsable du catéchuménat junior profite pour remercie Père Jacek concernant l’aboutissement de ce projet, les catéchistes, les sœurs dominicaines de la paroisse, les membres de la chorale « Chœur des Petits Franciscains  » ainsi que les choristes, les résidents, le personnel encadrant et la direction, Mavreen Martial, et la secrétaire paroissiale et surtout tous ceux et toutes celles qui sont à l’origine de la réussite du projet, parents y compris. Merci pour l’implication de tous.
Que le petit enfant, « Jésus », qui va bientôt paraître à nos yeux soit au cœur de nos vies et que nous puissions reconnaître où sont nos priorités.

Joyeux Noël à tous.

 

Joyeux Noël

 

« Un enfant nouveau-né nous sourit, signe de la tendresse infinie de Dieu pour notre monde en souffrance. En le regardant, nous apprenons que nous sommes faits pour être en paix les uns avec les autres : la connaissance plutôt que le soupçon, la parole échangée plutôt que les barrières qui séparent. Noël, c’est le temps de la bonté que chacun peut offrir, c’est le temps des paroles cordiales et bienveillantes. Partageons ce temps béni les une avec les autres »

Joyeux Noël à Vous Tous 

père Jacek et l’équipe pastorale 

3ième Dimanche du temps de l’Avent

Le dimanche 15 décembre 2019 notre église célébrait le troisième dimanche du Temps de l’Avent plus singulièrement appelé dimanche de la Joie.

Et la troisième bougie a été allumée sur l’autel.  Jean le Baptiste semble hésitant dans ces propos. Il sait qu’il n’est pas le messie.

Jésus nous dit qu’il ne faut pas juger les autres. Le prophète Elie demande  à Jean Baptiste es tu celui qui doit venir ou doit on en attendre un autre?

Jésus est le messie et vient nous sauver. Le christ vient nous sauver.  Le christ nous reconnaît dans le boiteux, le nécessiteux. il ne faut pas 

penser uniquement à soi.

A l’approche de Noel nous pouvons tous dire Maranatha: Viens Seigneur Jésus dans nos cœurs.

 

Concert des Chorales de la Paroisse Saint Michel

C’est un véritable récital que nous a offert les chorales de la Paroisse Saint Michel.

Le vendredi 13 décembre 2019, dès 19h est lancé le concert  avec les servants d’Autel  dont la quête effectuée servira

au voyage de leur pèlerinage au Canada.

Ce concert a éblouit les yeux et réchauffer les cœurs. Chaque chorale a chanté 3 chants dont une louange.

Les paroissiens ont beaucoup apprécié ce merveilleux moment de chant en ce temps  de l’avent ou nous préparons

la venue de Jésus à Noel. Quoi de plus merveilleux que de passer ce moment en chantant.

Un chant commun a conclu cette soirée. C’est notre curé en compagnie du père Laurent venu assister au concert qui nous donna la bénédiction finale.

 

IMMACULÉE CONCEPTION DE LA VIERGE MARIE

IMMACULÉE CONCEPTION
DE LA VIERGE MARIE

Les récits bibliques de l’ Annonciation (Lc 1,26-38) et de la Visitation (Lc 1,39-56) notamment, restituent, réinstallent, s’il en était besoin, la Très Sainte Vierge, à la place qu’elle doit occuper, dans le cœur? de tout chrétien.

Soyons clairs, les Écritures sont peu prolixes, quant à la vie même de Marie, dès lors il est difficile de soutenir par les textes que Marie est née, elle-même, sans péché ; par contre la Bible nous fournit moult messages nous permettant de soutenir que Marie a conçu son Fils-unique-bien-aimé sans péché, par l’action de l’Esprit Saint.

On sait toutefois que les parents de Marie, Anne et Joachim, étaient d’âge très avancé, très pieux et généreux, on appelait, raillait la mère sous le vocable de la stérile, et cette conception-naissance, fruit d’une prière persévérance, confiante … dès lors on est là dans une situation extraordinaire, voire divine … et dès sa tendre enfance Marie fut consacrée, vouée au Seigneur, en guise de promesse parentale.

Au fil de l’eau, l’Église a pris conscience que Marie – comblée de grâce – avait été rachetée dès sa conception.

C’est ce que confesse le dogme de l’Immaculée Conception ; j’avoue humblement mes insuffisances quant à ce dogme (même si, par obéissance des autorités de notre Communauté, je partage l’Esprit de ce dogme) … je me sens un peu plus à l’aise dans la conception de l’Enfant de l’Annonciation.

Et évidemment cette solennité nous apporte, nous révèle, nous délivre sur un plateau doré le merveilleux et inestimable  » cadeau béni  » de la Sainte Vierge, de la part de Dieu, et ce cadeau c’est : JÉSUS … désormais, le plan de Dieu – le salut de l’humanité – est sur de bons rails.

Ainsi, commémorer solennellement L’IMMACULÉE CONCEPTION DE LA VIERGE MARIE c’est aussi une manière de dire MERCI à Maman Marie, POUR SON CADEAU BÉNI … et encore MERCI POUR SON CADEAU BÉNI.

Il serait judicieux que chaque chrétien aille lui-même dans BIBLE EN NOUS et découvre lui-même ce qui est dit au sujet de la Très Sainte Vierge Marie ; pêle-mêle quelques expressions consacrées à la Sainte Vierge Marie :
– le Seigneur est avec elle
– elle est comblée de grâces
– elle a trouvé grâce auprès de Dieu
– le Fils qu’elle enfentera sera appelé Fils du Très-Haut, Fils de Dieu
– tous les âges lui diront Bienheureuse
– bénie entre toutes les Femmes et le fruit de ses entrailles est béni
– Mère de notre Seigneur Jésus-Christ
– Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles du Seigneur (…).

Pourquoi nous priver alors de rendre un culte à la Vierge Marie, la Mère de notre Seigneur … celle qui a été aux côtés de son Fils-unique-bien-aimé, tout au long de son pèlerinage terrestre … celle qui a « provoqué » le 1er miracle de Jésus … celle qui, au pied de la croix de son Fils, a été confiée, par les soins de son Fils, à toute l’humanité.

Et puis, quand bien même L’IMMACULÉE CONCEPTION (ce qui veut dire conception sans tache, exempte de tout péché, y compris du péché originel) n’est pas explicitement inscrite dans les Saintes Écritures, au vu et au su de tout ce qui est dit au sujet de Marie, quel mal y aurait-il dans cela, que de rendre à Marie un culte, une dévotion, une vénération !

De quelle erreur d’interprétation pourrait-on nous reprocher, lorsque nous recherchons la puissante INTERCESSION de la Très Sainte Vierge Marie !

N’est-ce pas Marie qui a, pour ainsi dire, provoqué le premier miracle de Jésus !

N’y a t-il pas eu INTERCESSION de Marie en faveur des mariés et de leurs invités, au moyen de cette mémorable et sublime objection : « ils n’ont plus de vin … » (…).

Alors osons l’affirmer avec force et conviction :
– à Jésus-Dieu ADORATION en esprit et en vérité … à Jésus-Dieu haute gloire et louange éternelle … devant Lui seul tout genou fléchira ;
– à Marie VÉNÉRATION amplement méritée, exemple d’obéissance, d’humilité et d’abandon de soi pour qu’un autre grandisse.

Dans le récit fondateur de l’Annonciation n’est-il pas clairement dit que la conception de l’Enfant est l’œuvre du Saint Esprit ; par conséquent Marie n’est pas une mère comme toutes les autres, ce coup de cœur?, ce culte est centuplement mérité.

Et moi, suis-je prêt à répondre OUI à Dieu, comme la Très Sainte Vierge ?

Eh oui, aujourd’hui encore, la Vierge nous invite à être, comme elle, dans une disponibilité totale à l’égard du projet divin : sommes-nous prêts ?

La foi n’est pas forcément synonyme d’une litanie de mots ou de prières, et s’il s’agissait de mots, il pourrait s’agir d’un seul mot : la foi serait un  » OUI  » celui qui résonne dans le : « QUE TOUT M’ADVIENNE SELON TA PAROLE ».

La tradition populaire soutient : le nœud dû à la désobéissance d’Éve s’est dénoué par l’obéissance de Marie … ce que Eve avait noué par son incrédulité, Marie l’a dénoué par sa foi.

JN

LA CATÉCHÈSE FAMILIALE

Cher Parent d’Enfant Catéchisé, Cher Paroissien,

Tout changement amène une certaine dose d’appréhension, de peur, même d’inquiétude et c’est normal, c’est humain ; pour autant, c’est un Esprit de Feu, un Esprit de Force que nous avons reçu à Pentecôte, lors de notre Baptême, avec la grâce donc, nous devrions surmonter tout cela.

 Après vous avoir écouté, après avoir assisté à plusieurs rencontres entre le Curé de notre Paroisse et différents groupes de parents, après avoir apporté des réponses à vos questions, il m’apparaît de la plus haute importance de vous livrer mon opinion, au sujet de la réforme, même si ma voix n’est pas la plus autorisée.

Je veux ici confesser que ce n’est pas uniquement  par obéissance ou par discipline de groupe que je soutiens la réforme du catéchisme ; j’adhère aussi à la réforme parce que je suis arrivé à la conviction que c’est une bonne chose pour notre Communauté Chrétienne Catholique et plus largement c’est une bonne façon de mettre en œuvre la volonté de notre Seigneur. 

En effet, BÂTIR UNE ÉDUCATION CHRÉTIENNE au moyen de la CATÉCHÈSE FAMILIALE c’est un des axes forts du Projet Diocésain ECCLESIA’M 2020, projet dont j’ai eu l’honneur de décliner les grandes lignes, aux côtés des membres du comité de pilotage, présidé par père Jacek, à toutes les composantes de notre Paroisse Saint-Michel du François.

La famille est une institution divine dans le but d’accomplir les desseins de Dieu sur la terre.

Dès l’origine,  la famille est  une  initiative, une volonté  de  Dieu.

BIBLE EN NOUS nous enseigne :

« Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme.    Dieu les bénit, et Dieu leur dit : soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et assujettissez-la … » – (Genèse 1,27-28)

La  connaissance  de  Dieu  se  perpétue  à  travers  la  famille.

BIBLE EN NOUS nous enseigne :

« Écoute mon fils, les leçons de ton père, ne néglige pas l’enseignement de ta mère » – (Proverbes 1,8)

Cher Parent, ne serait-il pas mieux que vous présentiez vous-mêmes Celui que vous aimez, Celui à qui vous avez donné la 1ère place dans votre cœur, à votre enfant ! … eh oui, cher parent, qui mieux que vous pourrait parler de Quelqu’un que vous aimez de tout votre cœur !

Le Curé et nous les animateurs nous avons bien noté vos questions, vos interrogations, soyez en assurés vous ne serez pas seuls, outre la grâce de Dieu, nous serons toujours à vos côtés.

Nous savons bien que certaines familles sont moins bien logées que d’autres, nous savons aussi, malheureusement, qu’il subsiste des conflits ici et là, soit de voisinage, soit même entre la famille ; et c’est précisément là que la réforme de la catéchèse prend tout son sens, en nous recommandant chaque quinzaine de nous réunir simultanément dans chaque famille de notre groupe.

La catéchèse familiale est donc un excellent moyen d’expérimenter, de mettre en œuvre le PARDON, la RÉCONCILIATION ; eh oui, la catéchèse familiale nous emmène LA PAIX pour ainsi dire, sur un plateau, sans courir le risque d’être rejeté.

Cher Parent, quelle plus belle joie, quelle plus belle grâce que d’amener votre enfant à AIMER CELUI QUE VOUS AIMEZ, Celui qui vous donne le souffle de vie, Celui qui vous permet de donner à votre enfant ce dont il a besoin : Dieu, Jésus, l’Esprit Saint, la Vierge Marie.

Un animateur de caté de la Paroisse du François

Premier Dimanche de l’Avent

L’AVENT

Qu’est-ce que l’Avent ?

Le premier venu pourrait parfaitement répondre : c’est une période de fort vent ; ce qui n’est pas faux, puisqu’il faut aussi regarder, vivre l’Évangile dans sa propre réalité.

Prolongeant cette plausible réponse, on peut dire que l’Avent emmène un vent nouveau, un vent favorable, le vent de la gestation, le vent de l’espérance, de la vigilance, de l’assurance, de la confiance … le vent de la venue de Jésus.

Le mot « avent » ne veut pas dire avant Noël, il vient d’un mot latin ADVENTUS qui signifie : venue, arrivée, avènement.

Autrefois le mot  » avent » était employé pour désigner la venue de Jésus parmi les hommes, aujourd’hui, il désigne le temps où l’on se prépare à célébrer la naissance de Jésus.

S’il est bien vrai ou si on peut admettre que l’Avent est le moment par excellence, le temps où l’on ressent vraiment le vent de la venue de Jésus, il n’en demeure pas moins vrai, qu’en tout temps on doit se préparer, désencombrer son cœur? pour faire place au nouveau-né ; autrement dit, en toute période de notre pèlerinage terrestre, on doit être prêt pour la venue de Jésus-Christ, dans notre vie.

On peut soutenir, avec force et conviction, que l’Avent est un temps fort, un temps d’attente, la période durant laquelle les fidèles se préparent – intérieurement – à célébrer Noël, venue de Jésus le Christ notre Sauveur, événement prodigieux et décisif pour le salut de l’humanité.

Se préparer intérieurement c’est aussi une manière de dire MERCI au Seigneur, pour son amour infini et inconditionnel, pour son cadeau béni, pour son don gratuit et inestimable, Jésus.

BIBLE EN NOUS, dans son verset : Jn 3,16-17 nous enseigne :
« Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle … ».

À travers l’Avent, chaque chrétien est davantage appelé à la vigilance et au changement de vie : changer nos cœurs? de pierre, en cœurs? d’amour.

L’Avent nous fait vivre à la fois une préparation de la commémoration de Noël et une entrée dans l’espérance de la venue du Sauveur, au temps qu’il aura souverainement arrêté.

Ce temps de l’Avent, ce temps de l’attente vient aussi nous rappeler, à nous autres chrétiens et au delà, que Noël représente l’accomplissement des prophéties : de Isaïe …. à Jean-Baptiste.

Que ce temps de l’Avent nous aide à être en constante veille spirituelle, afin d’entendre et de discerner la présence de Dieu dans notre vie … bonne année liturgique à chacun, à chacune, afin d’accueillir, dans toute sa gloire, Celui qui viendra, qui était et qui est : JÉSUS.

J.N

Christ Roi 2019

Ce 34ième Dimanche du temps ordinaire notre église célèbre la fête du Christ Roi. A la messe de 9h30 c’est notre curé père Jacek qui officie, et l’animation est assuré par  la pastorale des familles. Moment particulier puisque nous avons eu le baptême de 3 enfants. Ce jour fête la solennité de la liturgie qui fait de Jésus le Roi de l’univers .  Et dans une semaine nous allons démarrer une nouvelle année liturgique, qui sera l’année A (Mathieu). Jésus est de la ligné du roi David, roi qui avait pour mission de réunir les tribus d’Israël.  Jésus est celui qui va réconcilier les peuples. A notre tour de travailler pour l’unité comme le Christ.