Saint Vincent de Paul

Saint Vincent de Paul

Aujourd’hui [après le bienheureux Antoine Frédéric Ozanam qui d’ailleurs s’est inspiré de l’œuvre de Saint Vincent de Paul] l’Église fait mémoire de Saint Vincent de Paul, Apôtre de la Charité. 

De nos jours où la Pauvreté gagne paradoxalement et dangereusement du terrain, cette solennité prend encore plus de sens, plus d’épaisseur, plus de justification.

Eh oui, au moment où les technologies permettent, soi-disant, de beaucoup plus produire et de dégager de substantiels bénéfices, il est difficile de comprendre que la Pauvreté gagne du terrain ; c’est à croire que la fameuse loi de l’offre et de la demande s’applique inexorablement, colle au dos des gens d’en bas.

Aucune situation n’est immuable, là où il y a une volonté, il y a un chemin … ici le chemin s’appelle justice sociale.

Ne nous adonnons donc pas à la phraséologie, sortons des constats, une des principales causes de la douloureuse amplification de la Pauvreté c’est la répartition inégale des richesses.

Eh oui, comment comprendre à l’heure des siècles des lumières, qu’il y ait toujours un petit nombre extrêmement riche et un grand nombre extrêmement pauvre … l’inégale répartition des richesses : précisément un des combats menés par l’émérite « disciple » de Saint Vincent de Paul, Antoine Frédéric Ozanam.

Ici, je n’entends point restituer l’extraordinaire œuvre de Saint Vincent de Paul « SOULAGER LA MISÈRE MATÉRIELLE ET MORALE » déjà de notoriété publique, mais modestement interpeller les uns et les autres, moi le premier, quant à la misère, la Pauvreté qui frappe à nos portes.

Il va s’en dire que si nous continuons à détourner notre regard, à nous laver les mains, tel Ponce Pilate, les Pauvres n’auront pas d’autres choix, que de se rebeller, de nous prendre même ce que nous n’avons pas.

Nous qui sommes si habiles dans nos p’tites affaires, que pouvons-nous donc faire pour inverser la courbe, faire reculer la Pauvreté ?

Lorsqu’on constate que, de nos jours, à tort ou à raison, on arrive à arrêter les très populaires matches de foot, pour ceci, pour cela : le gaspillage alimentaire, le drame des immigrés dans les eaux européennes, la famine dans le monde, l’injustice sociale, la répartition inégale des richesses [faisons fi des moult agressions sur la Nature, singulièrement le déboisement intempestif des territoires et son corollaire, le réchauffement climatique, etc.] ne sont-ils pas des sujets d’intérêt général, des causes qui mériteraient l’arrêt des populaires et très médiatiques matches de foot ?

Ne parlons même pas des millions et des millions d’euros ou de dollars découlant des fameux droits de retransmission télévisuelle et au montant des salaires et primes incommensurables versés à une partie des sportifs pendant que des milliers de leurs semblables crèvent de faim.

Entendons-nous bien, les sportifs de haut niveau méritent des salaires confortables, dans la mesure où leur carrière n’est pas très longue, mais quand même, quand même, lorsqu’on entend les chiffres on en rêve.

Ne parlons même pas des rémunérations exorbitantes et autres avantages alloués aux gros patrons, alors que ceux-là même qui produisent la richesse, on ne leur verse que des salaires de misère.

Saint Vincent de Paul, couramment appelé « Apôtre de la Charité » ; au vu et au su de son œuvre, Saint Vincent de Paul mérite amplement cette distinction.

Comparaison n’est certes pas raison, toutefois : toutes les valeurs philosophiques « libertés » farouchement défendues par-ci par-là c’est bien, mais n’est-il pas mieux, n’est-il pas vital de mener la bataille de la faim, de la misère … de la Pauvreté.

Deux ou trois versets de BIBLE EN NOUS sur la Charité :
??« Des 7 vertus de l’Esprit, on distingue 3 vertus théologales* : la Foi, l’Espérance et la Charité … la Charité est la plus grande, la Charité est le lien de perfection » – [1 Corinthiens 13,1-13].

??« La Charité ne périt jamais. Les prophètes prendront fin, les langues cesseront, la connaissance disparaîtra » – [1 Corinthiens 13,8].

??« Par-dessus toutes ces choses revêtez-vous de la Charité qui est le lien de la perfection » – [Colossiens 3,14]. 

La Charité est la vertu par laquelle nous aimons Dieu par-dessus toute chose pour Lui-même … et notre prochain comme nous-mêmes.

* [Une vertu théologale : ce qui guide les hommes dans leur rapport au monde et à Dieu].

À quand la Pauvreté, la Misère, la Charité sera élevée, en vérité et en actes, Grande Cause Nationale … et c’est à ce moment-là que la commémoration de la mémoire de Saint Vincent de Paul aura vraiment du sens.
 
27/09/2022     
Un paroissien 97240

Envoi en mission des catéchistes

La paroisse était en effervescence ce dimanche Trois temps importants à la paroisse Saint Michel, le François dimanche dernier. Nous avons accueilli un nouveau membre au sein de la communauté paroissiale. Une messe d’action de grâce a été dite pour les membres de la conférence Saint Vincent de Paul. La messe a été ponctuée par l’envoi en mission des catéchistes avec leur tablier de service. Les responsables
ont été présentés à l’assemblée.


Un moment particulier, la présentation de notre nouvelle sœur 


 

La catéchèse en mouvement

 

La conférence Saint Vinent de Paul en action

 

 

Résidence Abbé Salinière première visite du père Jan. Une bénédiction pour les environs et les locaux

  Découvrons le Bienheureux Frédéric Ozanam

Frère, Sœur en Christ,
 
    Bienheureux Frédéric Ozanam
 
Aujourd’hui l’Église fait mémoire au Bienheureux Antoine-Frédéric Ozanam [né à Milan, le 23 Avril 1813 … dcd à Marseille, le 8 Septembre 1853* … proclamé bienheureux le 22 Août 1997 … notons que Antoine-Frédéric décède à Marseille mais n’a vécu quasiment qu’à Lyon et Paris].
 
* On comprendra aisément que ce « Chrétien Social », bien qu’il soit dcd le 08 Septembre, l’Église n’en fait mémoire que le 09 Septembre, pour la simple et bonne raison que le 08 Septembre, l’Église célébrait déjà la Nativité de la Vierge Marie.
 
OZANAM : un nom bien connu à la Martinique, singulièrement dans le domaine des « logements sociaux », ce qui est, en quelque part, une juste reconnaissance, eu égard à l’attrait social de ce personnage [en 1954, les fondateurs de la société SA HLM OZANAM avaient donc été très bien inspirés d’attribuer à leur société, le nom de ce « Chrétien Social », OZANAM].
 
Antoine-Frédéric Ozanam est co-fondateur des Conférences Saint Vincent de Paul [vocation initiale de ces Conférences : groupes de Jeunes chrétiens laïcs se réunissant pour prier, réfléchir et travailler ensemble à soulager la Pauvreté].
 
Antoine-Frédéric était avocat, fils d’un médecin qui a beaucoup soigné gratuitement ; on peut y voir là, la compassion du fils à l’égard des Pauvres, d’autant que sa mère était très pieuse. 
 
L’histoire enseigne que Antoine-Frédéric Ozanam fut « un des précurseurs de la doctrine sociale de l’Église » [Frédéric voit dans la fraternité universelle, le remède à la lutte des classes – pour lui, il faut combattre les multiples causes de la misère – il voit la justice sociale comme la résultante à la fois de conversions privées à l’esprit de partage et de service et d’une régulation publique …].
 
Antoine-Frédéric, couramment appelé « ami des pauvres » est fondateur de la Société Saint Vincent de Paul … il a, pour ainsi dire, donné sa vie et ses forces au service des plus Petits jusqu’à l’épuisement, la maladie et la mort : à l’âge de 40 ans.
 
Il y a lieu de préciser que Antoine-Frédéric, très brillant étudiant, mettait déjà toute son intelligence au service de la Foi ; est-ce nécessaire de dire qu’à l’époque, et peut être jusqu’ici, l’Église n’avait pas bonne presse auprès des intellectuels, des savants.
 
Antoine-Frédéric, cet émérite intellectuel, serait donc l’exception qui confirme la règle [dans BIBLE EN NOUS – Mt 11,25 – Jésus, tout en louant et rendant grâce à son Père, ne dit-il pas à son Père : « Ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits].

Oui, c’est vrai, les « tout-petits » ne sont pas forcément que des pauvres.
Mais ne nous voilons pas la face, surtout à l’époque, les riches n’étaient pas tellement adeptes de la vie spirituelle ; et c’est précisément là que « l’engagement social » du riche Frédéric prend tout son sens.
Vraiment celui-là aimait les pauvres, les démunis, les nécessiteux … vraiment celui-là – Antoine Frédéric OZANAM – était un authentique chrétien social de cœur.

Par ailleurs, on peut penser que si Frédéric OZANAM était encore parmi nous, il n’aurait pas tellement apprécié que son patronyme soit constamment cité, sur les médias « coups de gueule » contre l’état d’insalubrité, de vétusté, de dangerosité des bâtiments ou logent particulièrement des « compatriotes de condition très modestes » ; précisément ceux que Antoine-Frédéric aimaient.
 
Deux ou trois citations de Antoine-Frédéric Ozanam :
??« La société se divise en deux camps : ceux qui ont et ceux qui n’ont pas ». 
 
??« Bénissez les heures employées à secourir des malheureux qui, peut-être, ont souffert plus encore que vous ». 
 
??« Aimer ceux qui souffrent, ceux qui sont faibles, pauvres, humbles, au-dessous de nous, c’est la joie de notre nature.
Mais ceux qui sont riches, puissants, superbes, qui font autour d’eux trembler et souffrir, ceux-là, il ne faut pas les haïr, il faut les aimer, c’est le triomphe, c’est le miracle de la charité chrétienne ». 
 
??« Heureux celui qui a l’intelligence de sa mission près du pauvre et de l’indigent ; le Seigneur lui viendra en aide aux jours mauvais ». 
(…).
 
Au nom de la grande armée des Pauvres [malheureusement, de nos jours, la pauvreté gagne dangereusement du terrain], MERCI du fond du cœur?  à Antoine Frédéric OZANAM.

Bienvenue à père Jan

 

 

bienvenu à père Jan sur la Paroisse Saint-Michel du François

Hier soir, Samedi 03 Septembre, père Jan a célébré sa 1ère Messe Dominicale anticipée au François, entouré du vicaire Robert-Marie, du diacre Samuel, de l’acolyte Maxime, d’une ½ douzaine de servants d’autel et d’une forte assemblée, vraisemblablement rentrant de vacances.

Ses premiers mots très humblement il a avoué son émotion.

Sans entrer en comparaison avec tel ou tel autre prêtre, encore moins me livrer à un quelconque jugement, j’ai trouvé chez père Jan une forte dose de douceur, d’humilité, de sagesse, de piété.

Le Seigneur faisant toute chose parfaite l’Évangile du jour « préférer Dieu plus que tout, pour être élevé au rang de disciple du Seigneur » tombait pile poil … à l’instar de son prédécesseur, polonais comme lui-même, père Jan a dévoilé tout son amour pour le Seigneur.

Et évidemment toute son homélie était assaisonnée d’humilité, de sagesse, de reconnaissance, de gratitude et d’amour du Seigneur.

Il semble être un fervent adepte de la Miséricorde car il en a fait beaucoup allusion.

À la fin de la célébration il s’est présenté et n’a pas manqué de revenir sur un accident dont il a été victime.

Il est convaincu que c’est sa foi qui lui permet de marcher de nouveau, après plus de trois années où il fut hospitalisé.

En évoquant son souci de santé inévitablement me sont venus à l’esprit nos frères et sœurs malades (Gisèle R, Bèbert et bien d’autres) dont certains ont même pu perdre espoir.

Et père Jan nous a aussi avoué que sa foi s’est renforcée dans la souffrance post accident ; d’ailleurs père Jan nous a livré un témoignage : durant son hospitalisation il a sauvé pas moins de cinq malades suicidaires.

Bien évidemment père Jan nous a demandé de prier pour lui, étant entendu que dorénavant il portera chaque paroissien franciscain dans les siennes.

Soyez profusément béni père Jan, au nom de Jésus, que votre ministère franciscain soit aussi fécond que sur vos missions précédentes.

Tout est grâce dans l’obéissance, la persévérance et la confiance.

J.Nonone
Paroissien 97240

Départ du père Jacek

Chaleureux au revoir des paroissiens aux père Jacek

 

                                             

 

 

 Expression d’un paroissien 97240

La dernière localement de père Jacek
&
la bénédiction de l’Espace Sœur Pascal

Ô ! La discordance ou plus exactement la complexité de la relation humaine.

Grand Dieu Tout-puissant, pourquoi, y compris à l’église, faudrait-il attendre qu’un frère ou une sœur parte (pour une autre mission ou se retire) ou soit rappelé par le Seigneur, pour lui témoigner de notre AMOUR, tant en paroles qu’en actes.

Samedi 02 Juillet 2022, lors de la Messe Dominicale anticipée sur la Paroisse Saint-Michel, nous – de la Grande Assemblée des Invités du Seigneur – avons eu droit à une double ration d’émotions.

Moi, paroissien de base, même si je ne jouis pas d’une grande antériorité spirituelle, je n’ai pas le souvenir, et il ne m’a pas été rapporté non plus, qu’un prêtre, partant sur une autre mission, ait été autant couvert d’éloges, de cadeaux, de bénédictions et d’Amour.

Hier soir – pour sa dernière – tout était réuni pour que la Fête « la Messe » soit belle, pour que le taux d’adrénaline soit au paroxysme ; même le ciel s’était paré de sa plus belle robe, après un épisode pluvieux assez conséquent.

Eh oui, avec [un Curé, un Vicaire, un Diacre à la célébration – 3 Religieuses d’astreinte compte tenu du week-end de récollection de leur Congrégation – au moins 72 Servants d’Autel dans les bancs et le Chœur de l’église – l’Équipe des Funérailles sous les baguettes harmonieuses d’Éric & Marie-Line – une Assemblée joyeuse, fervente] comment pouvait-il en être autrement, comment pouvait-on empêcher à l’émotion de jaillir, du cœur du Curé et de celui des Fidèles !

C’est le moins que je puisse témoigner, tout cet océan d’émotions n’a altéré en rien, le triomphe de La Parole de Dieu, bien au contraire ; après la brillante proclamation de l’Évangile par le Diacre, père Jacek nous a délivrés une succulente homélie.

De cette dernière homélie, il y a lieu de souligner et/ou de retenir :
– Jésus envoie les 72 en mission, il ne leur enseigne pas le savoir-faire, mais le savoir-être ;
– c’est davantage par le témoignage de notre propre vie que nous pourrons le mieux ramener d’autres à Dieu ;
– l’évangélisation n’est pas uniquement l’affaire des prêtres, des diacres, des religieuses ou des laïcs engagés, mais c’est l’affaire de tout baptisé ;
– l’évangélisation n’est pas forcément la prédication, on peut parfaitement évangéliser, aussi, par son attitude, son comportement, à travers le service aux autres ;
– le christianisme n’est pas une religion de vœux pieux, mais assurément une religion de paix, de joie, d’amour ;
– quoi que nous fassions, nous n’avons aucun mérite, nous n’avons fait que notre devoir, nous ne sommes que des serviteurs quelconques et inutiles (…).

? Avant la fin de la célébration, père Jacek procéda à la bénédiction d’un espace, au sein même de l’hémicycle, dédié à Sœur Pascal.

Sœur Pascal n’était autre qu’une Religieuse de la Congrégation des Dominicaines, affectée pendant une vingtaine d’années au Couvent du François et qui avait un penchant, une passion, une prédestination pour le Service, dont l’Entretien de la Paroisse, tant à l’intérieur qu’aux abords.

Sœur Pascal, ajouta père Jacek, c’est elle qui, un jour, a pris l’initiative de donner une seconde vie à tous ces objets liturgiques qui ont été sortis des cendres de l’église, suite à l’incendie de 1973.

Père Jacek n’a pas manqué de préciser que tous ces objets liturgiques, aussi beaux soient-ils, ne sont que des moyens permettant de mieux saisir ou arriver à l’essentiel, adorer Dieu.

La bénédiction s’est conclue sous ce même chant que Sœur Pascal entonnait, lors de son départ vers le Morne-Rouge, le Samedi 24 Octobre 2018 :
? « Aujourd’hui le Seigneur t’appelle, va quitte ton pays … ».

Et comme a si bien dit l’animatrice, ce même chant sied parfaitement à la situation de père Jacek devant quitter le François [son énième commune d’adoption et d’affection] pour le Diocèse de Limoges.

? Et, après les multiples cadeaux offerts, par différents groupes paroissiaux, à père Jacek, hier soir c’était au tour des Servants d’Autel et de l’Équipe des Funérailles – à la suite des remerciements nourris d’Éric à père Jacek – d’offrir les leurs, au Curé, sous un tonnerre d’applaudissements.

De mon dernier banc étant, je me suis dit : « Seigneur, voyez comme les Fidèles l’aimaient ».

? Enfin, juste avant la bénédiction finale et/ou envoi en mission, père Jacek n’a pas manqué de remercier chacun, chacune, de nous autres paroissiens, pour notre fidélité et notre amour pour Dieu.

Tout en nous remerciant de tout cœur, pour tout ce qu’on lui a, aussi apporté, il nous a demandé pardon pour ce qu’il aurait dû faire et qu’il n’a pas fait.

Reprenant à son compte une expression d’un de ses confrères : « Le prêtre change, mais c’est toujours le même Seigneur ».

Il a ajouté : nul n’est propriétaire de la mission confiée, il y a un moment où il faut partir ; et lui, il part le cœur tranquille, nous laissant entre de bonnes mains, le père Robert-Marie, le Diacre Samuel et bientôt le père Jan, un prêtre polonais remplaçant un autre.

? Depuis l’annonce du départ de père Jacek, inopinément j’ai laissé traîner mes oreilles par-ci, par-là, je suis en mesure de témoigner de l’Amour des Franciscains (qui des fidèles, qui des croyants non pratiquants et autres) pour le père Jacek.

Père Jacek a passé 15 ans à la Martinique, après avoir séjourné aux Trois-îlets, à Rivière Salée, au Marin, à Sainte-Anne … dont 8 ans au François.

La Martinique étant estampillée l’île des revenants, on est déjà prêt à l’accueillir de nouveau, d’autant que le Curé a bien pris la précaution de nous dire « à bientôt » et absolument pas « au revoir ».

Ne cherchons pas midi à quatorze heures, si tant de Paroissiens de Sainte-Anne et du Marin notamment se rendaient, en groupe ou en individuel, aussi souvent au François, parce que c’était un bon prêtre.

Il ne serait donc pas étonnant que certains paroissiens, à l’occasion d’un séjour en France, visitent la Paroisse du Bon Pasteur, dans le Diocèse de Limoges, là où est affecté notre bon prêtre bien-aimé.

Père Jacek, que le Seigneur déverse sur vous et votre famille, une pluie de bénédictions ; que votre ministère soit aussi joyeux, fidèle et fécond dans votre nouveau Diocèse, sur votre Paroisse du Bon Pasteur.

Père Jacek, au nom de l’ensemble des Paroissiens du François, qu’il me soit permis de vous marquer de tout mon cœur MERCI.

??J.Nonone, paroissien 97240
Lundi 04 Juillet 2022
? ????? ??

 

 

BONNE FÊTE À TOUS LES PAPAS

En ce Jour particulier où le projecteur est dirigé sur les PAPAS, il convient de clamer, avec toute la solennité requise et ce, à chaque frère en Christ, père d’enfant «BONNE FÊTE PAPA» … et il faut l’affirmer avec d’autant plus de force, de conviction et d’amour lorsqu’on observe la banalisation de tout ce qui est contraire à la volonté de Dieu.

En notre qualité de Chrétien, lorsqu’on parle de Papa, inévitablement nous vient à l’esprit Celui qui est au-dessus de tous les autres – NOTRE PÈRE QUI ES AUX CIEUX – vers qui nous crions tous les jours nos peines et nos joies.

Á Dieu, notre Père Céleste – bonne fête – haute gloire et louange éternelle.

Pour rester dans le domaine divin, nous nous devons d’avoir une très grosse pensée aussi pour Papa Abraham, avec lequel Dieu a fait alliance et sur qui Dieu a posé son regard de miséricorde et d’amour, jusqu’à Lui donner une innombrable descendance, dont Joseph, l’homme humble et juste, père nourricier.

S’il est bien vrai, qu’ici-bas, la fête des Pères n’a pas la même résonance que la fête des Mères, il n’en demeure pas moins vrai que, chaque jour que Dieu nous donne de vivre, nous gagnerons à aimer, chouchouter, chérir, honorer nos Pères, autant que nos Mères … normalement tous les jours devraient-être Fête pour les Pères, Fête pour les Mères.

On sait bien que les fameux poèmes aux mères & aux pères ne sont plus malheureusement à la mode, mais puisqu’on est éternellement l’enfant de nos parents, en ce Jour où tous les papas sont mis à l’honneur, pourquoi s’empêcher de fredonner la célèbre comptine du temps de notre tendre enfance : 

?  ?  ?

Petit papa

C’est aujourd’hui ta fête

Maman l’a dit quand tu n’étais pas là

Voici des fleurs?? pour couronner? ta tête

Un doux baiser? pour consoler ton cœur??.

?  ?  ?

Au passage, observons que, même dans la comptine, l’absence paternelle est relevée.

Oh ! Petits Papas ! Que vous avez changé … que les regards ont changé sur vous !

Eh oui, le regard sociétal a changé vis-à-vis des Papas, le monde s’étant aussi accaparé de cette fête, commercialement parlant, hier c’était le moment où les enseignes proposaient : brouettes, blouses, tondeuses, débroussailleuses, perceuses … aujourd’hui, on propose de vrais cadeaux, des cadeaux empreints d’amour et d’affection aux Chers Petits Papas, Dieu merci.  

On est évidemment satisfait de ce que, de nos jours, les Pères semblent occuper toute leur place dans la société, spécialement dans les foyers martiniquais.

Mais il y a encore des situations de vives tensions, entre pères et enfants ; et pourtant Dieu qui sait mieux que nous, ce qui est bon pour nous, nous avait mis en garde, en commandant aux enfants d’honorer leurs papas et aux papas d’éviter d’exaspérer leurs enfants : « Enfants, obéissez en toutes choses à vos parents, car cela est agréable dans le Seigneur. Pères, n’irritez pas vos enfants, de peur qu’ils ne se découragent » [Col.3,20-21].

Aujourd’hui, par une présence active au foyer, le rôle du Père retrouve sens et autorité, après un temps, pas trop lointain, où les tâches ménagères étaient quasi exclusivement à la charge des mères ; oui c’était le fruit d’une éducation trop strictement appliquée.

Attention, lorsqu’on parle d’éducation, il faut bien faire la part des choses, il faut constamment demander au Seigneur l’esprit de discernement, car, dans l’éducation reçue de nos parents, il y a des valeurs à conserver, à adapter, à mettre en pratique … et à transmettre.

Et en notre qualité de Chrétien, chaque acte que nous posons doit avoir pour finalité : plaire à Dieu … vivre à l’exemple de son Fils unique bien-aimé qu’Il nous a envoyés.

En évoquant le mot « papa » cela suppose, un enfant et pourquoi pas une famille. 

C’est Dieu qui nous dit : « C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair » [Gn.2,24].

Être Père c’est une vocation, de même que fonder une famille … alors continuons à construire la famille selon la volonté de Dieu, à partir d’un Père et d’une Mère [Gn.1,28]. 

En ce Jour de Fête des Pères, prions le Seigneur pour la réconciliation, la paix, l’amour entre les papas et les enfants, d’une part et d’autre part, entre les pères et les mères – pour la diminution des foyers monoparentaux – pour l’inversion de la courbe des divorces … et ayons une belle pensée d’amour pour tous les papas qui nous ont déjà quittés.

Prions aussi le Seigneur pour que les décisions de nos dirigeants ne soient pas trop éloignées de la volonté de Dieu, singulièrement dans le domaine familial.

[Outre certaines décisions indigestes bibliquement, on peut, un temps soit peu, regretter que les autorités aient choisi ce Jour de Fête des Papas, pour organiser, une fois de plus, un scrutin tout aussi important … le « papa » n’aurait-il plus droit de cité ici et là !].

Gloire à Dieu Père, Fils, Esprit-Saint, honneur et vénération à la Très Sainte Vierge Marie qui – par son OUI confiant et généreux – a contribué à l’accomplissement du plan de Dieu  … gloire et louange à la Sainte Famille.

BONNE FÊTE À NOTRE PÈRE QUI EST AUX CIEUX … BONNE FÊTE Á TOUS LES PAPAS

Un Paroissien 97240

Ascension du Seigneur 26 Mai 2022

L’Ascension du Seigneur

Par sa résurrection Jésus nous a ouvert la porte du ciel et 40 jours plus tard, il est enlevé vers son père.
Cette fête c’est l’Ascension et nous la commémorons encore aujourd’hui.
Comment pouvons nous expliquer cette ascension du Christ dans notre vie. Les lectures nous donnent
des explications concrètes par exemple la souffrance qu’il perçoit lors de nos manquement à cause de
notre peu de foi.
Dans ces propos Saint Paul disait, si le Christ n’est pas ressuscité alors notre foi est vaine.
Dans la première lecture, le Seigneur nous demande d’attendre car nous allons recevoir
une puissance dans quelque jours: c’est l’Esprit Saint.

Le seigneur, nous dit quelque soit notre situation il faut garder confiance.

Seigneur envoi ton Esprit et tout sera créer, tu renouvelleras la face de la terre.

Bonne fête à tous

Programme de la Semaine Sainte

  • Lundi 11 avril à 18h30 : Messe du premier anniversaire de Sacerdoce du père Robert-Marie
  • Mardi 12 avril à 6h30 – Messe
  • Mardi 12 avril : Pas de réception du prêtre.
  • Mercredi 13 avril pas de messe en paroisse (Messe chrismale à 10h00 à la cathédrale de Fort de France)
  • Jeudi 14 avril à 18h30 Messe de la Dernière Cène
  • Vendredi 15 avril à 6h30 Chemin de croix à l’église
  • Vendredi 15 avril à 15h00 Célébration de la Passion de Jésus Christ et vénération de la Sainte Croix
  • La neuvaine préparatoire à la Fête de la Miséricorde Divine sera méditée à partir de Vendredi Saint 1/2h avant la messe ainsi que celles des messes du week-end. La neuvaine sera méditée après les messes de la semaine.
  • Samedi 16 avril à 19h00 Veillé Pascale
  • Dimanche 17 avril Messe de Pâques à 7h00 et 9h30 (Pas de messe à18h00)
  • Vendredi 15, Samedi 16 et Lundi 18 avril : Bureau paroissial fermé et pas de réception du prêtre.

Notez déjà

  • Mardi 19 avril à 18h00 à l’église: Réunion pour les parents, parrain et marraine des enfants qui seront baptisés le dimanche 24 avril.
  • Jeudi 21 avril de 18h30 à 20h30 à l’église: Temps fort pour les couples (mariés ou non). Ramener les 3B (Bible, Bloc note et bic).
  • Dimanche 24 avril à 9h30: Messe animée par les enfants et les parents du secteur n°2
  • Chemin de Croix dans les quartiers

    Quartiers et groupe de prières

    Lieu

    Heure du Départ

    Morne Acajou

    Chapelle

    6h30

    Bourg (Le Rosaire)

    Place de l’église

    6h00

    Morne Pitault

    Chapelle

    6h00

    Frégate – Dostaly

    Entrée de dartault

    6h00

    Miséricorde Divine

    Parking du Stade du François

    6h00

    Servants d’Autel

    Près de la gendarmerie

    6h00

    Notre Dame du Forçat

    Près de la Salle des fêtes

    6h00

    Trianon

    Près des Ets Rosette

    6h00

    Perriolat

    Devant l’école vers Raisinier

    6h00

    Presqu’ile, Soleil Levant et Citerne Près e chez Jandia

    6h00

         

 

LA PAROISSE SAINT-MICHEL HAUTEMENT SONORISÉE

C’est le moins que l’on puisse dire, le Curé de la Paroisse Saint-Michel – père Jacek – met tout en œuvre pour mieux accueillir les Paroissiens locaux et Visiteurs.

Après avoir doté l’hémicycle de 3 grands tableaux électroniques sur lesquels sont projetés les chants, les prières particulières (par exemple la prière à Saint-Michel) – les informations utiles lors des funérailles – les références des Lectures et des Textes de l’Évangile des Messes Dominicales, voilà, il y a quelques jours, c’est une nouvelle sonorisation de très haute qualité qui chatouille les chastes oreilles des Paroissiens.

Entendons-nous bien, il n’y a pas débat, les panneaux électroniques, la sonorisation et autres, tous ceux-ci aussi coûteux, de qualité qu’ils puissent être, ce ne sont que des moyens ; des moyens qui nous permettront d’atteindre la finalité ou l’objectif >>> la seule personne digne d’adoration au sein de notre paroisse et/ou en dehors : Dieu Notre Père Eternel.

On est tout aussi bien d’accord, qu’à l’instar des tout-premiers disciples qui, sans aucun moyen de communication, ont su évangéliser toute la Terre, les tableaux, la sono et autres ce ne sont que des moyens certes nécessaires, mais pas indispensables ; autrement dit sans sono, sans micro on doit pouvoir poursuivre l’œuvre d’évangélisation.

Rappelons-nous qu’en cette 5ème semaine de Carême, notre Diocèse nous appelle à être « MISSIONNAIRES VERS LES AUTRES ».

Revenons à ce matériel hi-fi dernier cri mis à notre disposition : QUEL CONFORT D’ÉCOUTE / QUEL BONHEUR DE S’ENTENDRE PARLER.

Eh oui, ça n’a l’air de rien, mais l’ancienne sonorisation, pourtant pas d’un siècle très reculé, n’offrait même pas aux Proclamants de s’entendre ; en d’autres termes, sur l’Autel, il n’y avait pas de retour (c’était assez pénible de ne disposer du bé.a.ba de la communication : savoir si on doit baisser ou augmenter son volume vocal).

Outre la qualité du son, enfin les Paroissiens « appareillés » (munis d’un appareil d’aide à l’écoute) trouveront aussi leur bonheur ;  le nouveau matériel hi-fi offre ce service inimaginable aux désormais malentendants.

Comparaison n’est pas raison, qu’il me soit permis tout de même de faire allusion au verset biblique – Mc 7,31-37 : « Il a bien fait toutes choses. Il fait entendre les sourds et parler les muets ».

Eh oui, n’ayons pas peur de le dire, c’est parce que le Seigneur a voulu qu’il en soit ainsi. Autrement dit, Jésus, en validant l’idée de père Jacek quant à l’installation de cette sono, fait dorénavant entendre les sourds de la Paroisse du François et visiteurs. Il y a lieu de souligner que, du parvis, ont peut recevoir La Parole, le Curé y a fait installer des hauts parleurs à l’extérieur de l’hémicycle.

N’est-ce pas aussi une excellente manière de MONTRER JÉSUS à l’église et en dehors ; très belle idée, œuvre d’évangélisation du père Jacek.

D’un seul cœur rendons grâce au Seigneur pour avoir merveilleusement inspiré notre Curé, demandons au Seigneur de nous aider – Usagers internes et Visiteurs – à prendre soin de ce matériel, qu’aucun acte de notre part ne vienne dégrader le matériel et que ce matériel nous assure ce même confort d’écoute durant de très longues années.

Un grand coup de chapeau aux techniciens d’origine polonaise, même si c’est toujours le Seigneur qui leur a permis cette installation ; Qui n’avait pas entendu que la configuration de notre hémicycle était difficile à sonoriser !

Puissent tous ces efforts d’équipements de notre Paroisse – tableaux électroniques, sonorisation, etc. – nous aider à ramener d’autres frères & sœurs à Dieu.

Un paroissien 97240

Éric & Maxime institués au Ministère de l’Acolytat

Souvenons-nous : 20/05/2018 … 26/03/2022 voilà bientôt 4 ans qu’Éric & Maxime sont sortis de la toute 1èrepromotion des 18 Élus au Ministère du Lectorat.

4 ans se sont écoulés, Éric & Maxime ont fidèlement et vaillamment poursuivi leur cheminement, tandis que certains Lecteurs ont connu d’autres trajectoires.

4 ans, à vue d’homme ça parait long, mais le Temps de Dieu n’est pas le temps de l’homme ; le temps fait se réaliser toute chose quand on sait être patient.

Et ce Samedi 26 Mars 2022, au cours de la Messe Dominicale anticipée, à l’Église Saint-Michel du François, sous la brillante présidence de notre Archevêque David, Éric & Maxime ont joyeusement accédé à l’étape suivante : le Ministère de l’Acolytat.

Oui, il faut le souligner, sous la présidence de notre Évêque David, avec la très haute qualité de ses homélies dont on ne présente plus, Éric & Maxime ont été institués, au moyen d’une très belle célébration pour ainsi dire partagée avec des Catéchumènes et l’Assemblée : sous un tonnerre d’applaudissements. 

Rappelons-nous qu’à l’origine, Éric & Maxime et les autres Élus au Lectorat s’étaient inscrits dans une préparation de Diaconat. 

L’idée initiale de se former au Ministère de Diacre n’est absolument pas perdue, le Lectorat, puis l’Acolytat sont des étapes, avant d’accéder éventuellement à la Mission de Diacre.

De toute évidence ces étapes ne peuvent être que profitables, bénéfiques pour nos candidats (ils ont tout leur temps pour peser et soupeser leur engagement) et pour notre Communauté en général, sachant les exigences de nos Assemblées mieux informées et plus critiques.

Ce 26 Mars donc, le Seigneur a admirablement infusé notre Paroisse Saint-Michel, avec 2 candidats admis au Ministère de l’Acolytat : Maxime MONGIN & Éric RAPHOSE sous l’œil bienveillant et affectueux de père Jacek « Curé du François et un des formateurs de la 1ère fournée de Lecteurs », père Elvis, père Robert-Marie « Vicaire », du Diacre Samuel et de la grande Assemblée franciscaine, tout acquise à la cause d’Éric et de Maxime.

QU’EST-CE QUE L’ACOLYTAT ?

Ce n’est pas une ordination, mais, dans une certaine mesure, la prolongation de la mission de Lectorat, une institution au cœur immaculé de Maman Marie : LIRE – SERVIR – ÉVANGELISER – PRIER – EXPOSER LE SAINT SACREMENT – ASSISTER LE CURÉ.

Fonction essentielle : La Prière (par exemple aider les fidèles ou les groupes paroissiaux à structurer un temps de prière).

En outre l’Acolyte devient un Ministre Ordinaire de la Saint Eucharistie.

Pour revenir à la célébration : que d’émotion, que de dévotion, que de glorification, que de piété ; vraiment il fallait être là pour croire davantage que Jésus est vivant spécialement à travers la puissance d’évangélisation de notre Évêque.

Et que dire du moment de remerciement de Maxime, en son nom et en celui d’Éric, où il a, du fond du cœur, remercié notre évêque, les prêtres, le diacre, les religieuses, son épouse, sa famille, la chorale et l’assemblée.

Bien que l’Acolytat ne soit ni un grade, ni un sacrement, toutes nos félicitations à Maxime & Éric. D’un seul cœur formons le vœu fort qu’ils se laissent guider par l’Esprit de Vérité, l’Esprit Saint là où Dieu aura besoin d’eux.

Un grand woulo bravo et que le Seigneur déverse une pluie de bénédictions sur leurs épouses : Lutèce & Danielle, leurs enfants et leurs parents qui, d’un même cœur, ont paisiblement accompagné, supporté leurs absences, au sein de leurs foyers respectifs.

Dans la perspective de la 5ème semaine de Carême où notre Diocèse nous exhorte à l’œuvre d’évangélisation, demandons à l’Esprit Saint d’ouvrir l’esprit de tous les consacrés ou pas, qui s’y engagent, à l’intelligence des Écritures.

Puissent, au Saint Nom de Jésus, Maxime et Éric susciter d’autres vocations dans le Diocèse en général et au François en particulier et ce, pour la plus grande gloire de Dieu.

Un paroissien 97240