Si un ignorant insulte un homme sensé, il l’apaise avec de douces paroles. « Mocharrafoddin Saadi »